Régionalisme et séparatisme aux USA


Boutique de Droite





Avec l’actualité du référendum pour l’indépendance de l’Ecosse, l’occasion m’est donnée d’évoquer le régionalisme et le séparatisme aux USA. Cela va peut-être vous surprendre mais, chez eux aussi, il existe des velléités séparatistes. On a tous en tête la fameuse guerre de sécession, mais il existe aussi tout un tas de phénomènes plus contemporains. Petit inventaire (je mets de côté l’Alaska et Hawaii, pour des raisons géographiques évidentes) :

Etats confédérés
"A tout seigneur, tout honneur", le plus important par son aspect historique est bien sûr celui des ex-états confédérés. Inutile de s’étendre sur la genèse de ce sentiment séparatiste et ses conséquences, car tout le monde connaît l’histoire ou peut la redécouvrir. Même si la page est tournée, le sentiment de fierté "sudiste" reste extrêmement fort chez les habitants des ces anciens états, notamment avec la présence récurrente du "Dixie Flag" (le drapeau confédéré) à tous les coins de rues. Un sentiment identitaire qui s’exprime aussi à travers un vote républicain très marqué, rappel aux valeurs de droite d’un vieux sud conservateur et rural. A tel point que le vote républicain est devenu leur porte voix, une façon de refaire la guerre mais dans les urnes.



Les seuls à défendre encore l’idée d’une sécession sont des mouvements largement marginalisés avec un discours clairement raciste et extrémiste. Le dernier en date est cette tentative de création d’une "Ligue du Sud" (League of the South) à l’image de l’Italie, le suprématisme blanc et le folklore nazi en plus. Une énième tentative de résurgence d’un KKK moderne sans les cagoules. Rien de sérieux sauf pour le FBI qui doit surveiller ces factieux organisés en milices armées. 

Le Texas
Au hit-parade des séparatistes, on trouve évidemment les Texans. La sécession n’est pas à l’ordre du jour, mais si l’idée s’en faisait sentir, ils seraient les plus légitimes à obtenir des gages, le "droit moral" de devenir un pays indépendant car contrairement à d'autres, le Texas a été une république indépendante pendant 10 ans (de 1836 à 1846). Saviez-vous qu’il est le seul Etat autorisé à hisser son drapeau au niveau de l’étendard américain ? Ceux des autres Etats sont hissés sur des mâts moins élevés. Demander à un texan s’il est américain, c’est comme demander à un basque s’il est français d’abord … ou pas !



Avec son économie florissante (15ème plus grande économie du monde), sa superficie (1er des USA), sa population (2nd des USA), le Texas ne ressent pas l’envie de prendre le large malgré des manifestations sporadiques, d’autant que son particularisme identitaire n’est soumis à aucun hégémonisme extérieur, c’est même plutôt lui qui sert de référent à une partie de la culture américaine. 

République du Lokata
S’il existe un projet sérieux de création d’un état indien contemporain, c’est bien celui du Lakota. Pas étonnant de retrouver à l’origine de cette revendication territoriale les descendants de la nation sioux, celle qui a donné le plus de fil à retordre à la jeune Amérique (et sa célèbre icône guerrière, le chef Sitting Bull).
Pas difficile de comprendre les motivations de ces descendants natifs, ni même leurs arguments juridiques (traités non respectés ou oubliés).


Russell Means, leader du mouvement séparatiste de la République du Lakota,
avec le drapeau officiel de cette nouvelle république.

C’est le 17 décembre 2007 qu’une délégation indienne, juridiquement constituée, officialise la naissance de sa République du Lakota, du nom d’une ancienne tribue sioux, sur ses terres d’origines. Passant outre les palabres juridiques sur la constitutionnalité de leur démarche et ses conséquences politiques, la République du Lakota a désigné son propre gouvernement, fabriqué ses propres passeports et envoyé des ambassadeurs dans les chancelleries du monde. Une reconnaissance diplomatique que tous les ennemis des USA se sont empressés d’examiner avec bienveillance.

L’Etat de Jefferson
Parmi les mouvements séparatistes, il y en a un qui revient régulièrement à la une : c’est celui de l’Etat de Jefferson. Un Etat qui veut voir le jour à la jonction de la Californie et de l’Oregon. Comme souvent, on trouve à l’origine un ras-le-bol d’habitants, oubliés des grandes entités actuelles, qui décident de voter à l’échelle de leur comté pour le détachement et l’autonomie. L’idée remonte déjà au temps des premiers colons, avant même la création de l’Oregon, mais le projet n’avait jamais abouti.


Barrage routier par les militants séparatistes de l'Etat de Jefferson

L’affaire a pris des proportions sérieuses quand une bande armée de séparatistes s’est mise dans l’idée de bloquer la route 99 (qui relie toute la côte Ouest, du Nord au Sud) en novembre 1941. Leur revendication jusqu'au-boutiste est d’obtenir leur propre Etat, portant le nom du 3e Président américain, celui qui a permis la découverte de la côte Ouest avec l’expédition «Lewis et Clark».

La Cascadie
Dans le sillage du mouvement de l’Etat de Jefferson, un autre phénomène indépendantiste est apparu au Nord de la côté Ouest. Ses motivations sont d’ordre principalement écologiques, sorte de communauté de destin écologique des habitants situés entre Vancouver au Canada et Portland en Oregon, à l’image du Douglas (le célèbre sapin originaire de ce coin de l’Amérique du Nord) arboré sur leur drapeau. Là aussi, leur droit à l’indépendance s’appuie sur une pseudo légitimité historique revendiquée par les premiers colons mais bafouée par la création "arbitraire" des Etats actuels.
Leur militantisme est principalement consacré à la diffusion de leurs idées via le web et les médias, plutôt qu’un activisme de terrain. Le Parti National Cascadien a été fondé au début des années 2000 seulement.



Etat du Nord Colorado
Idem que l’Etat de Jefferson, à cette différence qu’il n’y a aucune base historique, juste une volonté citoyenne de prendre sa destinée en main face au pouvoir central d’un Etat, le Colorado, qui favorise les zones urbaines plutôt que les zones agricoles.
La spécificité de ce mouvement est de s’inscrire dans une optique "droitiste" face aux attaques gouvernementales d’un Etat jugé comme liberticide et anti-patriotique (contrôle des armes, lois écolos, légalisation de la marijuana, mariage homo, interdiction de la cruauté animale,…). Il faut dire que le Colorado est réputé pour être un des Etat les plus "liberals" (au sens américain, c’est-à-dire "gauchistes") des USA.


Le drapeau envisagé pour représenter le combat "droitiste" du Nord Colorado.
 - La fourche et le porc pour le patrimoine agricole. 
- Le pétrole et le gaz pour la contribution à l’indépendance énergétique du pays. 
- Les armes pour la défense du 2e amendement (port d’arme). 
- Le fœtus pour la défense de la vie contre l’avortement.

La République du Vermont
En réalité, il n’y a pas que le Texas qui a été une république avant d’être un Etat des USA, il y a le Vermont (la Californie aussi mais cela n’a duré qu’un mois). Lui a été un pays souverain pendant 4 ans avant de rejoindre l’Union. C’est sur cette base historique qu’un conglomérat de citoyens milite pour un retour à l’indépendance.
A l’origine, l’attentat du 11 septembre à New-York (pas très loin, environ 300 km seulement) qui a fait naître aux USA une vague de défiance à l’égard de la politique menée par Washington, mélange de sentiments complotistes et de critiques du modèle sociétal américain. C’est le propos de la charte du mouvement séparatiste SVR, initiales de «Second Vermont Republic».


Drapeau de la 2nd république du Vermont, nom français contraction
de "Verts Monts". D’ailleurs la capitale se nomme "Montpelier". 


Etat Supérieur
Le nom vient du Lac Supérieur qui borde cette petite péninsule au Nord du Michigan. Un vieux projet avorté de la fin du XIXe siècle et remis au goût du jour par des politiciens locaux. De tous les mouvements séparatistes continentaux des USA, il est sans doute le moins vigoureux et le moins structuré.

Pourtant il épouse une culture bien spécifique, celle des "Yoopers", c’est le surnom que l’Amérique donne aux habitants de cette péninsule. Un diminutif pour imager une sorte de "pécore" aux allures de trappeur, paumé dans sa forêt, passant son temps à chasser et à boire. Un cliché amplifié par la présence des célèbres milices du Michigan, le pendant du KKK au Nord.



Les grandes villes
Pour terminer, il faut aussi rappeler au chapitre des tentatives de séparatisme, ces grandes mégalopoles réclamant leur statut d’Etat, comme l'est déjà la capitale Washington DC.
Ou inversement, les banlieues oubliées de ces grandes villes en guise de protestation. Le cas le plus connu fut celui des comtés de la banlieue de Chicago qui voulaient, à la fin des années 60, se réunir dans le nouvel Etat de "Forgottonia" (Forget = oublier, en anglais), le bien nommé. Dans le Maryland, ce sont les comtés ruraux qui se sentent totalement étrangers au mode de vie des citadins de l’agglomération Baltimore-Washington DC et veulent voler de leurs propre ailes.


Constitutionnellement, un État ne peut être divisé en plusieurs États qu’avec l’approbation du Congrès américain et de la législature de l’État concerné. Les derniers Etats qui se sont séparés :
 - Kentucky quitte la Virginie (1792),
Tennesse quitte la Caroline du nord (1796).
-  Maine quitte le Massachusetts (1820)
Virginie Occidentale quitte la Virgine (1863)

 -------------------  Langues, dialectes, accents  -------------------

Les USA ne font pas exception à la règle et il existe des accents qui trahissent les origines de chaque américain. Il y a 4 grands types d’accent : celui du Nord, du Centre, du Sud et de l’Ouest. Avec évidemment des sous groupes.  
Existent aussi de nombreux parlers locaux comme les créoles (le Gullah, le Louisiana,…), les patois (Ocracoke,…), les dialectes (Ozarke,…), les langues originelles (Cajuns, Pennsylvania Dutch, langues indiennes,…). 
Quatre grandes villes (New-York, Boston, Chicago, San Francisco) ont aussi développé leur propre accent. Sans oublier les argots selon les milieux ociaux et les origines ethniques.
Le Droitiste

2 commentaires:

  1. Article très intéressant, très instructif et qui nous apprend encore un peu plus sur ce beau pays qu'est les USA. Merci :)

    RépondreSupprimer
  2. De tous ces états réclamant leur indépendance, un seul posséde une music propre : Le Texas.
    (ZZ Top, S.R.Vaughan, J. Winter...)

    RépondreSupprimer

Pas besoin de compte, vous pouvez poster même anonymement.
Seule contrainte : attendre que je le valide pour le publier.
- Inutile de faire la promo des gens que je dézingue en prenant prétexte de la liberté de débat (on me la fait pas !).
- Inutile de me menacer de procès pour me forcer à répondre.

Affiche tes convictions !

Bienvenue dans la BOUTIQUE DES PATRIOTES
Boutique nationaliste